Arrêter de vivre pour les autres, commencer à créer pour soi-même

Nous vivons dans un monde où nous sommes entourés de médias notamment de réseaux sociaux, et nous nous trouvons bien souvent noyés par les informations. Que l'on soit photographe de mariage ou que l’on ait un boulot créatif - ou n'importe quel boulot d'ailleurs - nous avons tendance à comparer nos talents et notre créativité avec tout le contenu qui défile à longueur de journée sur nos écrans. Le problème c'est que cela engendre des sentiments de dépréciation envers nous-mêmes parce que l’on a l'impression que tout le monde a des idées géniales, que tout le monde photographie des mariages incroyables, que tout le monde a une vie meilleure que la nôtre... La vérité c'est que nous savons très bien que les réseaux sociaux ne sont que la vitrine d’une certaine réalité, celle où il faut toujours montrer la meilleure version de nous-mêmes voire de mettre en scène la réalité parfois (j’ai adoré ça et ça), et tout ça fait que nous conditionnons notre inconscient à croire que notre vie est un peu merdique...-soyons franc, on l’a tous ressenti un jour- du moins, moi oui. J'ai récemment réalisé que tout cela n'était qu'une question de perception. La perception que nous avons de nous-mêmes, de notre propre valeur, notre propre créativité ...L'autre jour j'ai lu cette citation et ça a fait toute la différence:

"Stop hating yourself for everything you're not; start loving yourself for everything you are"

“Arrêtez de vous haïr pour tout ce que vous n’êtes pas, commencez par vous aimez pour tout ce que vous êtes déjà”

C’est simple mais tellement puissant à la fois n’est ce pas? Je pense que les sentiments négatifs que nous avons par rapport à notre travail et notre créativité, sont engendrés par un manque d’amour pour nous-mêmes - pas d'une façon égoïste ou narcissique mais d'une façon bienveillante. Alors j'ai commencé par être plus patiente et bienveillante avec moi-même. Après tout, à quoi bon essayer d’être patient et attentionné avec les autres si nous ne le sommes déjà pas avec nous-mêmes?! J’ai également commencé à faire une liste mentale de tout ce que j'avais déjà réalisé dans ma vie, toutes les choses que j’avais déjà créées et qui m’ont rendues fière. Je vous invite à faire la même chose car vous réaliserez bien vite que vous avez accompli énormément de choses, plus que ce que vous ne le pensiez, et cela vous poussera à aller encore plus loin, à sortir de votre zone de confort, à être plus créatif et plus inspiré.

Et c'est ce qui s'est passé avec le shooting éditorial. J'avais cette idée qui me trottait dans la tête depuis longtemps mais ce n'était jamais le bon moment, je n'étais pas prête, je n'avais pas de styliste sous la main, je n'avais pas les bons prestataires blablabla... Et puis pendant le Nouvel An chinois tout a pris un nouveau sens. Les excuses n’avaient plus leur place. Tout ce que je voulais c’était créer. Créer et me reconnecter avec mes origines chinoises. Je voulais mélanger la modernité et les traditions, mais bien au-delà de ça, je voulais sortir de ma zone de confort, photographier dans des conditions que j’utilise rarement: en intérieur, des couleurs profondes et riches, un fond noir, de forts contrastes. Et plus que tout: je voulais créer de la beauté pour MOI, sans rien d’autre en jeu, aucune autre attente que celle d’explorer, d’expérimenter et voir où tout cela pouvait mener. J’ai créer moi-même la coiffe traditionnelle que vous verrez sur les photos, et je ne peux vous décrire le bonheur que c’est que de se reconnecter avec sa créativité, de créer des choses avec ses mains comme un enfant exulte de joie lorsqu'il construit son premier château de LEGO.

J'ai fait ce shooting non pas parce que j'étais payée pour, non pas parce que je souhaitais être publiée, non pas parce que je voulais des like, de la reconnaissance ou de la validation de la part de qui que ce soit. Je l'ai fait parce que ça avait du sens pour moi. Et ce qui est ressorti de cette séance d’exploration a vraiment dépassé tout ce que j’aurai pu m’imaginer mais ça m’a surtout rendue fière de mon travail, et tout à coup, l’herbe n’était pas forcément plus verte ailleurs.

Bref, j’arrête mon bavardage avec une citation de mon poète favori:

« Arrêtez-vous d’agir de façon si limitée. Vous êtes l’univers en mouvement. Devenez le ciel. Frappez à la hache le mur de la prison. Echappez-vous. » - Rumi

Voici les images de ce shooting:

Sublimes baques par Myrtille Beck  |  Boucles d'oreilles La Chambre Blanche     | Manchettes Massaï par Sylvia Toledano de Art & Facts, autres manchettes : vintage

Mobilier La Bohême Déco

Arrangements floraux Roses by Claire  

Coiffe et stylisme global par moi-même